Arts et culture au Luxembourg
zoom
Photo originale Anise Koltz

Anise Koltz est la fondatrice et l'organisatrice des Journées de Mondorf (1962-1974), rencontres internationales d'auteurs et de poètes qui ont permis des contacts étroits entre la littérature internationale et la littérature luxembourgeoise. La photo montre Anise Koltz en compagnie de Christiane Lentz lors des journées littéraires de Mondorf de 1999.

©

Archives CNL

Suivant1/3

Photo originale Anise Koltz

Anise Koltz s'est vu décerner en 1998 le prix Apollinaire.

©

Paolo Leoni, Archives CNL

PrecedentSuivant2/3

Photo originale Anise Koltz

Anise Koltz a reçu en 2008 le Prix Servais, décerné tous les ans à l'auteur de la meilleure oeuvre littéraire parue pendant l'année en cours.

©

Centre national de littérature

Precedent3/3

Stop
Une culture riche en diversité
Afficher en plein écran    Imprimer cette page    Envoyer à un ami
La littérature

La littérature contemporaine luxembourgeoise, peu connue à l'étranger, présente des caractéristiques spécifiques qui la distinguent des littératures limitrophes. En effet, l'élément identitaire constitué par la coexistence de trois langues (luxembourgeois, allemand, français) est une originalité luxembourgeoise permettant à sa littérature de franchir les frontières linguistiques et d'accroître sa reconnaissance internationale.

 

Le milieu des années 1980 marque, avec la parution des premiers nouveaux romans en luxembourgeois de Guy Rewenig et de Roger Manderscheid, une étape importante dans l'histoire de la littérature nationale.

 

Hannert dem Atlantik (1985) de Guy Rewenig (né en 1947) sera suivi de nombreux autres romans en Lëtzebuergesch (luxembourgeois) du même auteur. Romancier, auteur dramatique et auteur de récits pour enfants fréquemment récompensé par des prix, Rewenig a publié une cinquantaine de livres, dont une vingtaine destinés à un public jeune. Rewenig, qui écrit en luxembourgeois et en allemand, et accessoirement en français, signe des textes cyniques et satiriques sur les travers de la société luxembourgeoise. Son roman Mass mat dräi Hären, traduit du luxembourgeois par Jean Portante, paraît au Castor astral en 1998, sous le titre La Cathédrale en flammes. Fréquemment récompensé, il a obtenu le premier prix du Concours littéraire national 2007 pour son roman Le Chef d'orchestre à la baguette de bambou.

 

Dès 1988, Roger Manderscheid (1933-2010) commence à publier une trilogie majeure, constituée des romans schacko klak, de papagei um käschtebam et feier a flam. Rewenig et Manderscheid contribuent à la renaissance du roman en langue luxembourgeoise. Plusieurs des récits et romans de Manderscheid, qui écrivait en allemand et en luxembourgeois, ont connu une adaptation télévisée ou cinématographique.

 

Les livres de Rewenig et de Manderscheid sont à l'origine du grand succès de leurs auteurs auprès du public national, mais aussi international, car nombre de ces romans en langue luxembourgeoise ont été traduits.

 

Plusieurs auteurs écrivent exclusivement en langue luxembourgeoise, comme l'acteur et auteur Pol Greisch (né en 1930), qui est notamment l'auteur de pièces de théâtre, mais aussi de romans et de poèmes. Il est membre fondateur du Théâtre ouvert Luxembourg (TOL) et du Théâtre des Casemates. Quant à Jhemp Hoscheit (né en 1951), il affectionne le cabaret et le théâtre pour enfants. Sa production couronnée maintes fois au niveau national est essentiellement satirique. Son roman autobiographique Perl oder Pica a connu une adaptation cinématographique en 2007. A l'instar de Jhemp Hoscheit, Josy Braun (1938-2012) est l'auteur de textes luxembourgeois pour la scène et de pièces et récits pour enfants. Il s'intéresse également à la poésie et à la prose. Ses œuvres sont traduites en allemand, français, anglais, italien, portugais et même en russe. Il est l'auteur du tout premier roman policier en luxembourgeois: Porto fir d'Affekoten.

 

Les années 1980 et 1990 sont également une période de la reconnaissance de la littérature francophone au Luxembourg, à laquelle Jean Portante a largement contribué avec sa chronique sur l'immigration intitulée Mrs Haroy ou la Mémoire de la baleine (1993). Ecrivain, traducteur et journaliste de langue française, Jean Portante (né en 1950) s'essaie à tous les genres littéraires: recueils de poèmes, récits, pièces de théâtre et romans. Son œuvre comprend une trentaine de livres. Ses textes ont été traduits en une vingtaine de langues et il a remporté des prix littéraires nationaux et étrangers (prix Rutebeuf de la poésie, prix Mallarmé…). Il a traduit lui-même une dizaine de livres de la littérature mondiale.

 

A l'instar d'Edmond Dune (1914-1988), poète et auteur dramatique, qui s'est fait connaître en 1957 à Paris pour sa pièce Les Taupes, une pléiade d'auteurs modernes a choisi le français pour s'exprimer dans divers genres littéraires.

 

L'ancien professeur de philosophie et de français Lambert Schlechter (né en 1941) a choisi naturellement le français pour écrire. Son œuvre littéraire lui a valu une mention spéciale lors du Grand Prix international de poésie de langue française Léopold Sédar Senghor et le prix Servais en 2007. Son roman Le Silence inutile a été réédité par la maison d'édition parisienne La Table ronde.

 

Jean Sorrente (né en 1954), également écrivain luxembourgeois de langue française, a non seulement reçu des prix nationaux (prix Tony Bourg, prix Servais), mais aussi le Prix de la libre Académie de Belgique (1998). Pendant de nombreuses années, il a signé des chroniques d'art et a publié des monographies d'artistes sous les pseudonymes d'Alphonse Maintes ou de C. Malans. Certains de ses textes narratifs sont parus dans des revues étrangères comme Europe ou dans des publications luxembourgeoises comme Les Cahiers luxembourgeois ou Estuaires.

 

Auteur de poèmes, de récits et de carnets, Gilles Ortlieb, né au Maroc en 1953 et installé au Luxembourg depuis les années 1980, collabore à de nombreuses revues internationales comme L'Animal, Légendes, La Nouvelle Revue française ou Théodore Balmoral. Il est aussi le traducteur de Constantin Cavafy, Frank Wedekind, Georges Séféris et Mikhaïl Mitsakis.

 

Poète luxembourgeoise de renommée internationale, figure emblématique de la poésie nationale, Anise Koltz (née en 1928) écrit presque exclusivement en français. Au cours de sa longue carrière, elle a entretenu des relations fructueuses avec de nombreux poètes, écrivains et artistes avec lesquels elle a créé des éditions bibliophiles. Ces derniers lui ont dédié de nombreuses oeuvres ou ont mis en musique ses poèmes (Joseph Probst, Mikel Gjokaj, Robert Pillard-Valère, Anne Slacik, Albena Petrovic-Vratchanska…). Elle est fondatrice des Journées littéraires de Mondorf, présidente de l'Académie européenne de poésie et membre de l'Académie Mallarmé (Paris). Elle a obtenu le prix Apollinaire en 1998, à côté des nombreux prix nationaux et internationaux reçus tout au long de sa carrière.

 

Bien qu'elle ait tardivement commencé à publier en 1982, José Ensch (1942-2008) s'est imposée au cours des années comme une figure majeure de la poésie francophone luxembourgeoise. Poète traduite en beaucoup de langues étrangères, elle a collaboré à des revues poétiques internationales et figure dans des anthologies de poésie française. José Ensch a été lauréate du prix Servais en 1998 pour son recueil Dans les cages du vent.

 

Parmi les auteurs luxembourgeois anglophones, citons Liliane Welch et Pierre Joris, habitant loin du Grand-Duché à cause de leurs carrières. Liliane Welch (1937-2010) était poète et professeure de littérature à l'université Mount Allison (Nouveau-Brunswick, Canada). Elle a remporté bon nombre de prix littéraires au Canada pour son œuvre, dont une partie a été traduite en allemand, français et italien.

 

Le poète et traducteur Pierre Joris (né en 1946) est professeur d'université à New York. Il y enseigne la poétique et la poésie anglaise et a publié plus de 20 livres, dont des poésies folkloriques. La qualité de ses traductions de prose ou de poésie lui vaut une belle reconnaissance internationale.

 

Lex Jacoby (né en 1930) fait partie des auteurs luxembourgeois de langue allemande. Die Sehnsucht des Schamanen, son premier livre, un recueil de contes, est paru en 1952. Après deux volumes de poèmes en français, il se consacre à la littérature de voyage et aux journaux intimes en allemand.

 

Les poèmes de Jean-Paul Jacobs (né en 1941), vivant à Berlin, ont été édités dans des anthologies et des revues luxembourgeoises, allemandes, suisses et autrichiennes. Il est également à l'origine de la création du Lëtzebuerger Schrëftstellerverband (LSV) (association des auteurs luxembourgeois).

 

L'oeuvre de l'auteur et du traducteur Georges Hausemer (né en 1957) a été récompensée à plusieurs reprises au niveau national et international. Il est l'auteur de nombreux romans, de nouvelles, de poèmes ainsi que de récits de voyage, dont certains ont également été publiés dans des journaux et des revues étrangères.

 

Guy Helminger (né en 1963), également auteur de langue allemande, vit et travaille à Cologne. Ses romans sont édités auprès de la maison d'édition allemande Suhrkamp. Il est lauréat de nombreux prix littéraires nationaux et allemands, dont le 3-Sat-Preis dans le cadre du Ingeborg-Bachmann-Wettbewerb (2004). Sa pièce de théâtre Morgen ist Regen a été traduite en anglais sous le titre de Venezuela. La première a eu lieu en 2003 au Arcola Theater à Londres.

 

Nico Helminger (né en 1953) écrit en allemand et en luxembourgeois. Il quitte le pays en 1973 pour Paris et revient en 1999 avec dans ses bagages des pièces de théâtre, des livrets radiophoniques, des livrets d'opéra, des récits, des romans et des recueils de poésie. Certains de ses livrets d'opéra, mis en musique par le compositeur luxembourgeois Camille Kerger, ont été produits sur des scènes étrangères. Le prix Batty Weber lui a été attribué en 2008, récompensant l'auteur pour l'ensemble de son œuvre. Sa pièce Now here & nowhere a été sélectionnée pour participer à la Biennale du théâtre de Wiesbaden de 2008, le plus grand festival d'auteurs de pièces de théâtre contemporains.

 

Claudine Muno (née en 1979) fait partie d'une toute jeune génération d'auteurs luxembourgeois. A l'âge de 16 ans, Claudine Muno publie son premier roman en langue anglaise The Moon of the Big Winds. Depuis, elle a écrit d'autres romans, consécutivement en langue allemande, française et en luxembourgeois, ainsi que des livres d'histoires pour enfants. Pour sa propre pièce de théâtre en luxembourgeois, Speck, présentée à la Kulturfabrik à Esch-sur-Alzette fin 2003, Claudine Muno a écrit texte et musique. Sa création littéraire a été récompensée par le Prix littéraire national (2000) et le prix Servais (2004).