Arts et culture au Luxembourg
zoom
Photo originale Charles Muller

Charles Muller est metteur en scène et comédien.

©

Théâtre de la Ville d'Esch

Suivant1/2

Photo originale Charles Muller

Charles Muller est depuis 2004 directeur du Théâtre d'Esch, où il signe de nombreuses mises en scène.

©

ONT

Precedent2/2

Stop
Une culture riche en diversité
Afficher en plein écran    Imprimer cette page    Envoyer à un ami
Le théâtre

Pour la scène théâtrale luxembourgeoise en plein développement, l'ouverture sur l'étranger, notamment par le biais de coproductions, et la présence sur ce grand marché du théâtre sont vitales.

 

Dans les années 1980, dans le sillage de Tun Deutsch (1932-1977), figure emblématique incontestée du théâtre luxembourgeois d'après-guerre, les comédiens Marc Olinger (né en 1946) et Philippe Noesen (né en 1944) s'engagent dans la professionnalisation du théâtre luxembourgeois, le premier étant fondateur du Théâtre ouvert Luxembourg (TOL), le deuxième du Théâtre du Centaure. En 1985, Marc Olinger est nommé directeur du nouveau Théâtre des Capucins à Luxembourg, dédié à la création dramatique en trois langues. Marc Olinger participera à la Convention théâtrale européenne, dont le siège est à Luxembourg. En tant que metteur en scène ou comédien, il est devenu une des figures de théâtre les plus familières au public luxembourgeois, mais il a également participé à de nombreuses coproductions internationales.

 

C'est également en 1985 que le Théâtre ouvert Luxembourg (TOL) et le Théâtre du Centaure inaugurent chacun leur petite salle. Dirigeant le Centaure depuis 1992, Marja-Leena Junker (née en 1945), metteure en scène et actrice, s'est également produite à l'étranger. La production Les Monologues du vagin a connu plusieurs centaines de représentations au Luxembourg et à l'étranger.

 

Depuis les années 1990, les grands noms du théâtre luxembourgeois ont réussi à établir des liens assez solides avec des festivals de théâtre internationaux et des maisons de théâtre européennes.

 

Pour le metteur en scène Frank Hoffmann (né en 1954), l'année 2004 est marquée par sa nomination au poste de directeur des Ruhrfestspiele Recklinghausen. Sa mise en scène de la pièce Minna von Barnhelm de Lessing a été présentée en ouverture du festival. Directeur du Théâtre national du Luxembourg depuis 1997, il a su réaliser une véritable carrière internationale (Bonn, Paris, Brême, Bâle…). En 1990, il a été élu meilleur jeune metteur en scène de l'année par la revue allemande Theater heute. Ses productions figurent au programme de nombreux festivals à l'étranger. Au Luxembourg, il a été récompensé pour l'ensemble de son œuvre théâtrale en 1994 par le prix Lions.

 

En tant que dramaturge de longue date sur les scènes nationales et internationales, scénariste ou encore metteur en scène, l'actuel directeur du Grand Théâtre de la Ville de Luxembourg, Frank Feitler (né en 1950), a fait entrer ce dernier dans les réseaux de coproduction et de distribution des grandes maisons européennes.

 

Succédant à l'auteur et critique Guy Wagner (né en 1938), le comédien et metteur en scène Philippe Noesen (né en 1944), ancien pensionnaire de la Comédie-Française, est nommé en 1992 directeur du Théâtre d'Esch à Esch-sur-Alzette, où il développe une nouvelle politique de création. Le Théâtre d'Esch adhère alors à la Convention européenne des théâtres et donne de nombreuses représentations à l'étranger et dans les festivals (Biennale du théâtre contemporain à Bonn, Festival Off d'Avignon, Festival des théâtres francophones à Bruxelles, Festival de la convention européenne des théâtres à Stockholm, etc.).

 

Charles Muller (né en 1953) a débuté sa carrière de metteur en scène en 1984. Après des études à Cambridge et à Stuttgart, il a été comédien à Heidelberg et à Bâle de 1977 à 1980. En 2004, il devient directeur du Théâtre d'Esch, où il signe de nombreuses mises en scène.

 

Depuis le début des années 2000, des compagnies luxembourgeoises sont présentes lors du festival d'Avignon soit pour y jouer une production autochtone dans le Off, soit même pour être associés à une co-production dans le In – une première en 2000!

 

Une toute nouvelle génération de metteurs en scène (Claude Mangen, Carole Lorang), d'acteurs (Steve Karier, Marc Baum, Jules Werner, Luc Feit, Raoul Biltgen) et de dramaturges (Claudine Muno, Mani Muller, Serge Tonnar) s'est affirmée dès la moitié des années 1990. Formés à l'étranger, certains multiplient les métiers de la scène ou sont aussi à l'origine d'associations (théâtrales) nouvellement créées (MASKéNADA, Independent Little Lies).

 

Après des années de formation et d'expérience théâtrales à Vienne et à Zurich, Claude Mangen (né en 1963) travaille en tant qu'acteur et metteur en scène. Il fonde en 1995 l'association MASKéNADA, responsable de nombreux projets de théâtre innovateurs, mis en scène dans des lieux insolites. Après des études de théâtre, surtout de mise en scène, à Bruxelles, Carole Lorang (née en 1974) y travaille pendant 10 ans.

 

André Jung (né en 1953) est sans doute le comédien luxembourgeois poursuivant une des plus remarquables carrières à l'étranger. André Jung joue d'abord au Luxembourg, avant de partir sur les scènes étrangères, françaises, belges et suisses. A partir de 1993, il joue surtout en Allemagne, mais également au Schauspielhaus de Zurich, ce qui lui permet de se forger une notoriété internationale. Le magazine Theater heute l'a élu deux fois, en 1981 et 2002, meilleur acteur de l'année. En ce qui concerne ses rôles au cinéma, André Jung fait avant tout partie des comédiens fétiches du réalisateur luxembourgeois Andy Bausch.

 

Le comédien Germain Wagner (né en 1956) peut se prévaloir d'une carrière internationale. Après un premier engagement à Ulm, il se produit sur les scènes de Zurich, Fribourg, Hanovre et Munich. Il a participé à de nombreuses productions télévisées et cinématographiques majoritairement allemandes.

 

Nico Helminger (né en 1953) et Guy Rewenig (né en 1947) sont considérés comme deux auteurs-clés du théâtre contemporain. Ils se consacrent tous les deux avec succès à la dramaturgie et au roman.

 

La richesse de la vie théâtrale est soutenue par la tradition luxembourgeoise du Cabaret, qui a connu son premier succès dans les années 1980. Entre 1980 et 2000, beaucoup de troupes ont présenté leurs spectacles de cabaret, soit politique soit littéraire devant un public de plus en plus nombreux, et ceci dans les trois langues nationales.

 

Parmi ces troupes figurent Cabaret Dreschmaschinn (Guy Rewenig), Scène libre (Jemp Schuster), Cabaret J.B. (Josy Braun, Josiane Kartheiser, Guy Wagner, Roland Gelhausen), Cabaret Bëschzeck (Josy Braun, Jhemp Hoscheit), Cabaret J(h)emp2 (Jemp Schuster, Jhemp Hoscheit), Kabarä Schuko (Jemp Schuster, Mady Durrer) et Kabaret Sténkdéier (Roland Meyer, Remy Kraus) s'exprimant en luxembourgeois.

 

La tradition littéraire allemande du Kabarett a été représentée par Kabarett Mars Klein et Rido Lëtzebuerg, la tradition française du café-théâtre par les troupes du Théâtre du Centaure et du Théâtre ouvert Luxembourg ainsi que par l'auteur et comédien Claude Frisoni.

 

Le Cabaret n'a pas perdu de son élan. Les ensembles Kabarä Feierstëppler (Clod Thommes), Cabaret Sténkdéier (Roland Meyer), Kabaret Roude Léiw (Jay Schiltz, Rol Steichen, Monique Melsen), Cabaret Peffermill(ch)en (Fons Ruppert), Cabarenert (Rol Gelhausen, Jay Schiltz), Cabaret Jemp Schuster et Makadammen (Susy Lentz), régulièrement présents sur scène, en sont la preuve.