Arts et culture au Luxembourg
zoom
Photo originale Chemin de la sculpture à Lultzhausen

Toutes les sculptures de l'itinéraire de sculptures à Lultzhausen ont été créés sur place afin de mieux harmoniser avec leur environnement naturel et social.

Pierre de Sybille von Halem

©

Raymond Clement

Suivant1/2

Photo originale Chemin de la sculpture à Lultzhausen

Le chemin de la sculpture à Lultzhausen propose au visiteur des oeuvres d'artistes luxembourgeois et étrangers.

©

Robert Theisen

Precedent2/2

Stop
Une culture proche de ses habitants
Afficher en plein écran    Imprimer cette page    Envoyer à un ami
Les expositions dans les lieux publics

Les arts visuels vont à l'encontre du public grâce à plusieurs événements inhabituels sortant des musées et s'exhibant dans les lieux publics.

 

A Luxembourg, des expositions temporaires comme les Nanas de Niki de Saint Phalle en 1995, les sculptures d'Henry Moore en 2000 ou les «Pierres sonores» de Pinuccio Sciola en 2004 occupent de temps à autre les lieux publics et y ajoutent une touche esthétique et originale.

 

En 2001 et 2005, le Casino Luxembourg - Forum d'art contemporain a organisé deux expositions exceptionnelles dans la capitale: «Sous les ponts, le long de la rivière...» et «Sous les ponts, le long de la rivière II» dans la vallée de la Pétrusse et les quartiers du Grund, Clausen et Pfaffenthal. Une vingtaine d'artistes ont créé des projets particuliers pour cette exposition en plein air, mettant en valeur, chacun à sa manière, des aspects du lieu dans lequel ils s'intègrent. Une partie de ces créations a pu rester en place et peut encore être admirée aujourd'hui.

 

A côté des expositions temporaires, l'art est également visible de manière permanente dans le paysage urbain. Le concept urbanistique du Fonds d'urbanisation et d'aménagement du plateau de Kirchberg, par exemple, comprend un programme d'art dans l'espace public. Ce quartier moderne de la ville compte à ce jour une vingtaine d'oeuvres d'art, parmi lesquelles figurent Voice Europe (2006) d'Armand Strainchamps; l'édition de La Grande Fleur qui marche (2003) par Giovanni Teconi d'après le projet de Fernand Léger; Stuhl (2000) de Magdalena Jetelovà; Trois îles (2000) de Marta Pan; La Coquille (1997) de Bertrand Ney; Exchange (1996) de Richard Serra; Sarreguemines (1993) de Frank Stella et Skulptur ohne Titel - 4 Variationen zum Thema Bildstock (1993) d'Ulrich Rückriem.

 

L'exposition permanente de sculptures en plein air à Bilsdorf et le chemin de la sculpture à Lultzhausen, dans la région ardennaise de la Haute-Sûre, sont d'autres exemples d'expositions permanentes. Des artistes de nationalités différentes, parmi lesquels le sculpteur luxembourgeois Bertrand Ney, ont travaillé sur ces deux projets exposés dans un décor naturel magnifique.

 

Dans un contexte naturel situé dans le sud du pays, le projet «Sentiers rouges», créé dans le cadre de Luxembourg et Grande Région, capitale européenne de la culture 2007, invite à des promenades le long des installations ou des sculptures en plein air, réalisées par de jeunes artistes de la Grande Région.

 

Avec leurs plantations, terrassements, sculptures et champs de pierre, Les Jardins de Wiltz forment une œuvre d'art vivante de 2,5 hectares. Ce projet, créé par l'association Coopérations, soutient la formation et le développement de personnes défavorisées ou risquant l'exclusion sociale à cause d'un handicap, en leur offrant un travail éducatif et créatif. La qualité artistique des créations, sculptures et installations est extraordinaire.

 

Des événements comme la Nuit des musées ou l'Invitation aux musées permettent au public luxembourgeois de découvrir les collections et expositions temporaires dans une ambiance festive.

 

La Nuit des musées, mise sur pied chaque deuxième samedi d'octobre par le groupement D'Stater Muséeën (musées de la Ville de Luxembourg), permet de satisfaire l'appétit culturel de ses visiteurs de 18 heures à 1 heure du matin. Tous les musées participant à cet événement offrent un programme unique et original. Une programmation entre art, danse, musique et improvisation attire non seulement les visiteurs habituels de musées, mais aussi un public nouveau.

 

Organisée le temps d'un week-end de printemps par le groupement D'Stater Muséeën, l'Invitation aux musées, de son côté, encourage le public à visiter gratuitement les collections permanentes et temporaires des musées participants. A cela s'ajoutent des visites guidées spéciales, des ateliers, concerts, représentations, conférences et ateliers pour enfants.