Arts et culture au Luxembourg
zoom
Photo originale A Wopbopaloobop A Lopbamboom

Extrait du film A Wopbopaloobop A Lopbamboom

©

Frankfurter Filmproduktion

Suivant1/2

Photo originale A Wopbopaloobop A Lopbamboom

Extrait du film A Wopbopaloobop A Lopbamboom

©

Frankfurter Filmproduktion

Precedent2/2

Stop
Le Luxembourg à travers le regard ...
Afficher en plein écran    Imprimer cette page    Envoyer à un ami
... de cinéastes

La production audiovisuelle du Luxembourg est considérable pour un si petit pays: une quinzaine de longs métrages sont tournés chaque année au Luxembourg, presque tous en coproduction avec des sociétés étrangères.

 

Cependant, beaucoup de ces films tournés au Luxembourg n'ont aucun lien avec le pays. Ainsi, un décor exceptionnel recréant Venise au XVIe siècle a été construit sur un ancien site industriel pour le tournage du film Secret Passage (2001) d'Ademir Kenovic (né en 1950). Le même décor a été utilisé pour d'autres productions comme Girl with a Pearl Earring (2003) de Peter Webber (né en 1968) ou The Merchant of Venice (2004) de Michael Radford (né en 1946).

 

Certaines de ces coproductions étrangères ont néanmoins comme contexte le Grand-Duché de Luxembourg, comme par exemple Der neunte Tag (2004) du réalisateur allemand Volker Schlöndorff (né en 1939). Le film est basé sur le récit authentique de Jean Bernard, abbé luxembourgeois détenu au camp de concentration de Dachau et libéré pour une durée de neuf jours pour convaincre l'évêché luxembourgeois de coopérer avec les nazis. Retour à Gorée (2007) du vidéaste et réalisateur suisse Pierre-Yves Borgeaud (né en 1963) fait aussi halte au Luxembourg, notamment à l'Abbaye de Neumünster. Ce long métrage raconte le périple du chanteur africain Youssou N'Dour sur les traces des esclaves noirs et de la musique qu'ils ont inventée: le jazz.

 

Un certain nombre de longs métrages ont carrément comme thème la réalité luxembourgeoise. Plusieurs longs métrages du réalisateur luxembourgeois Andy Bausch (né en 1959), tels que Troublemaker (1988), oeuvre de référence cinématographique au Luxembourg, A Wopbopaloobop a Lopbamboom (1989), Le Club des chômeurs (2001) et La Revanche (2004), montrent des réalités locales ou sociales singulières, prenant à contre-pied l'image internationale du Grand-Duché.

 

La période de la Seconde Guerre mondiale au Luxembourg est passée en revue notamment dans le film Schacko Klak (1989). Le premier long métrage en langue luxembourgeoise réalisé par Paul Kieffer (né en 1957) et Frank Hoffmann (né en 1954) raconte l'histoire d'un petit garçon pendant l'occupation allemande. Ce film, présenté aux grands festivals à travers le monde, est une adaptation du roman de l'écrivain luxembourgeois Roger Manderscheid.

 

Le thème de l'occupation allemande a également été traité dans le documentaire Heim ins Reich (2004) du réalisateur luxembourgeois Claude Lahr (né en 1962). Le Luxembourg des années 1950 constitue le sujet de Perl oder Pica (2006) de Pol Cruchten (né en 1963), une adaptation du roman de l'écrivain luxembourgeois Jhemp Hoscheit.

 

Le documentaire est le genre où le regard national prédomine, comme par exemple dans les documentaires très remarqués de Geneviève Mersch (née en 1963): Le Pont rouge (1991), qui donne la parole aux gens habitant sous ce pont caractéristique de la capitale, réputé pour l'attirance qu'il exerçait sur des suicidaires, et Plein d'essence (2007), qui expose la réalité crue de l'Aire de Berchem, la plus grande aire de repos européenne. Les documentaires de Donato Rotunno (né en 1966) comme Terra Mia (1998) ou Les Mesures du rectangle (2002) traitent des problèmes nés de l'immigration italienne et portugaise au Luxembourg.